Si les singes savaient s'ennuyer ils pourraient devenir des hommes (Goethe)

Le deal à ne pas rater :
Où acheter la display japonaise One Piece Card Game PRB-01 One Piece ...
Voir le deal

+7
George Abitbol
padetraka
Denis91
frong
Papy_Jim
clamar
emilpoe
11 participants

    La Randonnée des 2000 Savoyards.

    emilpoe
    emilpoe
    coursier
    coursier


    Messages : 1180
    Points : 1284
    Date d'inscription : 17/06/2016
    Localisation : Savoie

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  emilpoe Lun 5 Sep - 9:46

    La Randonnée des 2000 Savoyards.
    Randonnée permanente organisée par les Les Cyclotouristes Albertvillois.

    Première journée. Lundi 22 août 2022.

    Quatre heures, le réveil n'a pas eu à sonner, comme d'habitude j'ai assez mal dormi...
    Pierre est debout aussi et Joann émerge lentement du canapé...
    Lait, thé, café, gâteaux, etc... Il faut alimenter "la chaudière", on a pas mal de route à faire aujourd'hui...
    Les derniers petits préparatifs sur nos randonneuses sont fait. À cinq heures et quart la route est prise en direction d'Albertville...
    Pierre est arrivé chez-nous hier après-midi en voiture puis Joann en début de soirée à vélo depuis son Jura, une belle étape de deux cent kilomètres avec plus de trois-milles mètres de dénivelée (!)... Déjà...
    À cette heure matinale, la D-201 est calme. La "Cité Olympique" traversée, j'accélère un peu l'allure pour rejoindre le plus rapidement possible Feissons-sur-Isère, le départ de notre première ascension : Le Col-de-la-Madeleine.
    Petit arrêt au pied de la montée pour manger un peu et tomber vestes et coupes-vent. Pierre ouvre le bal, Joann peine à suivre, les deux cents bornes d'hier se font sentir...
    Je préviens mes compagnons que la Madeleine est une vicelarde, elle "attaque dur" puis se calme, elle semble nous dire "viens, viens, n'ai pas peur..." Il ne faut pas se faire piéger, les dix derniers kilomètres y sont très éprouvants...
    Durant l'ascension du magnifique dernier verrou glaciaire, coincé entre à l'est le Cheval-Noir et à l'ouest la Lauzière, j'aperçois Pierre et Joann faire une pause quelques lacets plus bas...
    J'atteins le sommet à neuf heures et demi. Je me pose au parking pour m'alimenter un peu. Je suis surpris par le nombre incroyable de camping-car stationné ici, nouvelle mode ?...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. K97xwt
    Le final de la Madeleine...

    Joann arrive une vingtaine de minutes plus tard, nous filons au Bar-Restaurant du col pour faire valider notre premier contrôle  de cette Randonnée-des-2000-Savoyards.
    Pierre arrive à son tour, ravi de son ascension...
    À dix heures dix, nos machines plongent vers la vallée de la Maurienne...
    Vingt kilomètres plus bas, à la-Chambre, une boulangerie se charge de refaire le plein de nos sacoches. Un arrêt d'un gros quart d'heure mis à profit pour s'alimenter puis la route est reprise en direction de Saint-Étienne-de-Cuine, pied du deuxième col de la journée : Le Col-du-Glandon...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Lmyew8
    Pierre...

    Une nouvelle fois je préviens mes collègues, si la Madeleine était le plus long col de notre périple (27km), le Glandon est le plus dur, le final y est redoutable...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Jojhk9
    Joann...

    Après dix kilomètres, une pause casse-croûte est faite à l'entrée du joli village de Saint-Colomban-des-Villards puis une "pose" plus physiologique de notre ami jurassien qui est faite dans un bar au centre du village...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. G26mbg
    Pause casse-croûte...

    Nous repartons pour la seconde partie de la montée. Chacun adopte son rythme...
    C'est important en montagne sur les longues ascensions de se "caler" sur son rythme propre. On se fatigue autant à attendre quelqu'un de plus lent qu'a vouloir suivre quelqu'un de trop rapide...
    Après Saint-Colomban-des-Villards, c'est d'abord un premier tronçon de 8-9% de trois kilomètres dans la forêt puis la pente se calme un peu sur deux-mille mètres à environ 7% et c'est le mur final, un superbe verrou glaciaire tout en lacet à 10% de moyenne avec des passages beaucoup plus raides...
    Le sommet est une délivrance. Je grignote un morceau et me couvre rapidement car un fort vent balaye le col.

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 8wielf
    Un fort vent balaye le col...

    Assis dans l'herbe un peu à l'écart je scrute la route en contre bas à la recherche de mes camarades...
    Joann arrive vingt minutes plus tard. Il a été surpris par la difficulté du final mais il est réellement sous le charme de la beautés du paysage. Du coup il me paye un verre !...
    Après une petite demi-heure Pierre arrive à son tour. Il est marqué, il a souffert de crampes, mais il est ravi, il vient de pulvériser son record de dénivelée !...
    Sans tarder, les trois kilomètres à 7% qui séparent le Glandon du de la-Croix-de-Fer sont rapidement avalés et une nouvelle pause est faite au bistrot du col, contrôle oblige...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Ul5r8o
    Col-de-la-Croix-de-Fer...

    Pierre est ravi, mais un peu cuit. Pour le troisième col de la journée, je l'incite à ne pas le faire et à descendre directement sur St-Jean-de-Maurienne via la D-926. Nous le chargeons de nous trouver un bon restaurant pour le repas de ce soir.
    Avec Joann nous partons à l'asseau de ce dernier col de la journée, le Col-du-Mollard. Les deux premiers kilomètres sont assez raides puis la pente se fait plus clémente. Malheureusement Les majestueuses Aiguilles-d'Arves qui habituellement domine le paysage sont cachées par des nuages...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Qa0cen
    Col-du-Mollard...

    À cinq heures et demi le sommet est atteint. Une photo, un remplissage de bidons à la fontaine et nous filons vers Albiez-Montrond en quête d'un coup de tampon pour valider notre troisième contrôle de la journée. La chose est faite dans un bar à vin où nous savourons deux bons demi de bière...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. O6peob
    Joann en termine...

    Il ne nous reste maintenant plus qu'une bonne vingtaine de kilomètres pour rejoindre St-Jean, la capitale mauriennaise.
    La descente est magnifique, autant par son environnement que par sa technicité. En plus le revêtement est de très bonne qualité, un vrai régal. Ce col doit-être sympathique à gravir par ce versant. Je me promet d'y revenir...
    Arrivé en ville, nous retrouvons Pierre déjà attablé à la terrasse d'un restaurant.
    Après un apéritif de rigueur, trois bonnes assiettes de spaghetti à la bolognaise viennent combler le vide abyssale de nos estomacs affamés...
    Le repas terminé il faut repartir, sortir de la ville pour trouver un bivouac...
    Joann avait repéré via internet une base de loisir du côté de Villargondran. Après une petite séance de "jardinage" le Plan-d'eau-des-Oudins est rejoint est nous pouvons enfin nous poser...
    À dix heures tout le monde est couché...


    Deuxième journée. Mardi 23 août 2022.

    C'est le dégonflage du matelas de Pierre qui me réveille vers cinq heures...
    Je n'ai pas fais une super nuit, j'ai dormis "en pointillé"... Il faut dire que c'est ma première nuit en "bivi", à la "belle étoile" comme on disait avant...
    Il nous faut une petite heure pour plier nos affaires et manger un morceau. à six heures c'est reparti et ça repart direct dans la pente...
    Pour éviter les très fréquentées D-1006, pour rejoindre Saint-Michel-de-Maurienne, et D-902, pour monter le Col-du-Télégraphe, j'ai choisi sur les conseil d'un vieux sage d'opter pour le méconnu Col-d'Albanne et sa liaison "gravel" vers Valloire.
    Après avoir rempli nos bidons chacun adopte son rythme. La première partie du col n'est pas folichonne, c'est la route desservant la petite station des Karellis, large, à pente régulière et dans la forêt n'offrant que très peu de vue sur la vallée...
    À mi-col, au cinquième kilomètre, je décide de faire une pause. Comme à chaque arrêt, je grignote quelque chose, il ne faut jamais cesser de s'alimenter.
    Joann arrive assez rapidement mais Pierre tarde... Il nous faut attendre quinze bonnes minutes pour enfin le voir arriver. Notre compagnon est à la peine. La forme d'hier a disparu...
    Joann repart en tête et je reste auprès de mon camarade belge. Son coup de pédale est bon mais ses arrêts sont beaucoup plus fréquents. Le cœur s'emballe et les crampes aux jambes s'y mettent.
    Pierre est conscient qu'il nous retarde et je ne peine pas à le convaincre de ne pas nous suivre après Valloire. L'idéal dans son état serait pour lui de redescendre dans la vallée par le Col-du-Télégraphe puis de filer en Haute-Maurienne du côté de Bessans où nous pourrions nous rejoindre plus tard. L'idée a l'air de le séduire...
    Je rejoins Joann au sommet du col pour lui expliquer la situation...
    Pierre est là une dizaine de minutes plus tard, il s'est fait une raison...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 8gkwim
    Col-d'Albanne...

    La route descend maintenant à Albanne puis vers Albannette dans des paysages magnifiques. Dans une épingle il faut prendre une piste en terre interdite aux véhicule à quatre roues qui permet de rejoindre Valloire et la route du Col-du-Galibier. La qualité du chemin est de plus en plus mauvaise et il faut mettre pied à terre sur quelques dizaines de mètres. Au petit hameau du Villard nous retrouvons enfin une route asphaltée...
    À neuf heures et quart la station de Valloire est enfin atteinte. Une boulangerie est trouvée pour réapprovisionner nos sacoches. Nous cassons la croûte rapidement aux pied de nos machines et dix minutes plus tard l'ascension peut commencer. Pierre pour sa part file vers le Col-du-Télégraphe...
    Nos bidons n'ont pas pu être remplis à cause de restrictions dues à la sécheresse exceptionnelle que subit notre région cet été. Il faut pourtant absolument trouver à boire. C'est chose faite aux Verneys dans de providentielles toilettes publiques...
    Une fois la route reprise chacun reprend son allure et sa position habituelle. La circulation automobile est assez dense et assez gênante dans cette première partie d'ascension...
    Je fais une pause à Plan-Lachat pour permettre à mon camarade jurassien de me rejoindre. Joann va bien malgré des douleurs récurrentes aux pied qui l'oblige de temps à autres à faire quelques mètres pedibus. Mais globalement il gère bien la situation.
    Je lui laisse prendre quelque hectomètres d'avance avant de m'élancer à mon tour...
    J'aime bien ce passage, la route s'élève rapidement en lacets. Chaque mètre gravit offre une vue encore plus belle notamment sur la montée du Col-des-Rochilles à l'est mais aussi au gré des épingles vers le  nord du côté de Valloire...
    Joann est rejoint peu avant les Granges-du-Galibier. La pente se fait maintenant un peu moins raide et on commence à apercevoir le col tout là haut...
    À deux kilomètres du sommet, à l'amorce du dernier verrou, un jeune cyclo-sportif qui revenait sur moi me rejoint. Il passe presque cinq cent mètres dans ma roue avant d'enfin décider à me passer à l'entame du dernier kilomètre. "Et ben vous en avez bien du mérite !" Me lâche-t-il le pouce en l'air ?! Surpris je lui demande pourquoi il me dis ça ! "Ben avec  vot'vieux vélo..." J'éclate de rire et tout en me remettant à sa hauteur je lui explique qu'une randonneuse acier de qualité n'a rien à envier à son vélo de course en carbone, bien au contraire et que le simple fait qu'a mon age je puisse relativement facilement suivre son allure en est la preuve évidente. Le jeune cycliste est sympa et nous discutons vélo jusqu'au col que nous franchissons ensemble. Il rejoint ses camarades  et je m'installe "à ma place", au fond face à la Meige...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 6jdslf
    Au fond face à la Meige...

    Le sommet est comme d'habitude noir de monde. C'est assez insupportable...
    Je me couvre et avale une part de quiche-lorraine en attendant Joann...
    À son arrivé je l'incite à fuir la cohue et à descendre au restaurant un kilomètre plus bas histoire de se réhydrater dans le calme et de faire valider notre passage par un coup de tampon sur nos carnet de route...
    À midi et demi c'est reparti. Sept kilomètres de descente assez raide pour rejoindre la D-1091. Dans les derniers lacets, la majestueuse Meige se dresse devant nous ! Inoubliable...
    Au Col-du-Lautaret c'est maintenant une autre descente de vingt-cinq kilomètres que nous empruntons, moins raide et moins belle, elle conduit à Briançon, plus haute ville de France.
    Là, il ne faut pas rater la "route de Grenoble" qui permet de rejoindre la "route d'Italie" sans avoir à descendre au fond de la ville.
    À la sortie de Briançon nous mangeons dans une espèce de boulangerie-snack tout à fait acceptable...
    Il est maintenant une heure et demi et la chaleur devient assez pesante...
    Après un arrêt d'une petite demi-heure le cap est mis sur l'Italie...
    La N-94 est une grosse route frontalière avec une intense circulation automobile très gênante. Le seul avantage de ce type de route c'est que la pente n'y dépasse jamais les 7%...
    Le Col-de-Montgenèvre est atteint à trois heures. Joann arrive quelques minutes après moi. Vu sa tête inutile de lui demander si il a apprécié la montée...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 77kk6n
    Montgenèvre...

    Montgenèvre est le second contrôle de la journée, il nous faut un coup de tampon. Nous le trouvons dans un bar où deux demis viennent réhydrater nos gosiers bien asséché par cette montée "plein cagnard"...
    Il est trois heures et demi, après trente minutes d'arrêt il faut repartir, une bonne portion d'Italie nous attend. C'est tout d'abord une belle descente vers Cesana-Torinese puis un très long faux-plat descendant de trente-cinq kilomètres vers Susa dans une longue vallée alpine sans réel intérêt mais offrant tout de même de temps à autres de belles vues sur le relief environnant...
    À cinq heure et demi Susa est rejoint. Nous trouvons facilement la SS-25, route du Col-du-Mont-Cenis qui permet de rapidement quitter la ville...
    Une fois hors de la cité italienne c'est la SP-210 en direction de Novalesa que nous empruntons maintenant. Cette petite route est une alternative calme à la grosse et roulante SS-25 pour l'ascension du col...
    Après huit kilomètres de légère montée, Novalesa est atteint à six heures et demi. Nous décidons d'arrêter ici ce soir. À l'entrée de la petite bourgade des sanitaires publiques permettent de faire un brin de toilette...
    Après avoir bu un verre dans un établissement où nous pensions pouvoir manger il faut reprendre les randonneuse pour rejoindre "piu avanti" l'Albergo-della-Posta. Là, un peu en avance, il faut patienter au bar devant un apéritif...
    À sept heures et demi l'immense salle de restaurent nous accueille et une charmante serveuse en tenue parlant un français tout a fait correct nous énumère les plats...
    Après la "pasta", une grosse assiette de ravioli, c'est la viande, une belle escalope milanaise et pour finir un dessert, une bonne crème maison... Je commence à craindre un peu l'addition car c'est a moi de payer ce soir... Au final ça ne me coûtera que trente-six euros. Vive l'Italie !...
    En sortant du village une nouvelle halte est faite au niveau des sanitaires publique. Apparemment c'est aussi le lieu de ralliement de la jeunesse du coin s’amusant à quelques acrobaties avec leur deux-roues pétaradants...
    Joann prend des nouvelles de Pierre par téléphone, il va bien et a trouver pour s'héberger en haute-Maurienne, à Bessans...
    Un quart d'heure plus tard le bivouac est installé un peu à l'écart du village...


    Troisième journée. Mercredi 24 août 2022.

    Il est cinq heures, le réveil de Joann sonne. J'ai un peu mieux dormis que la veille...
    En une petite heure le bivouac est plié et la quiche restante de Valloire vient combler mon estomac vide...
    À six heures, en route ! En repassant à Novalesa les bidons sont remplis. La route s'incline tout de suite et moins d'un kilomètre après le départ il faut déjà tomber les tenues chaudes...
    La montée est magnifique, elle se lance dans une longue série de lacets, à mesure que nous prenons de l'altitude le jour se lève sur un paysage grandiose...
    Par contre la pente est là, rude, quasiment toujours au dessus de 10%. À l'arrivé à Moncenisio je fais une halte au niveau d'une fontaine bienvenue. Joann arrive quelques instants plus tard surpris par les forts pourcentage mais ravi par la beauté de l'endroit...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 36tpa2
    Joann arrive quelques instants plus tard...

    À la sortie du petit village la route devient légèrement descendante. Au bout de cinq kilomètres elle rejoint la SS-95, accès principal du Col-du-Mont-Cenis...
    À cette heure matinale, il est sept heures et demi, cet ancien gros axe routier entre l'Italie et la France est très calme. La montée est moins plaisante mais la pente y est beaucoup plus douce...
    Un peu avant la frontière un message de Pierre me dit qu'il est à Bonneval-sur-Arc et qu'après une pause il se lance à l'asseau du Col-de-l'Iseran. Bien, nous voilà rassurés...
    L'arrivé en France est un peu étrange, une longue ligne droite en replat, où je peux même remettre le cinquante-dents, bordées par deux parois abruptes qui longent une espèce de barrage. De curieux bâtiments abandonnés, une impression franchement inhospitalière...
    Heureusement une belle série de lacets permet enfin de s'élever et de quitter cette sordide tranchée...
    Maintenant les rayons du soleil inonde la route. Au hasard des virages j'aperçois mon compagnon un peu plus bas. Vu qu'il monte bien, je décide de filer vers le sommet et de l'attendre en haut...
    De nombreux parking jonchent le bord de la route et encore une fois je suis surpris par le nombre impressionnant de camping-car...
    Le lac est maintenant en vue. La route monte encore un peu puis se stabilise plus ou moins autour de 2100 mètres avant d'atteindre un petit groupement de commerces. Le premier est le bon, un bar, où je bois un bon grand café installé en terrasse pour ne pas rater mon collègue...
    Joann arrive rapidement et s'arrête à mes côté dans un grand bruit de ferraille, ses freins arrière semblent bien usés...
    Avant de partir il ne faut pas oublier l'indispensable coup de tampon qui valide notre passage à ce premier contrôle de la journée...
    Après quelques kilomètres de faux-plat descendant et un nouvel arrêt photo au Col-du-Mont-Cenis la route plonge maintenant pour dix kilomètres de descente vers Lanslevillard, petite station mauriennaise.

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Fmlnyg
    Un nouvel arrêt photo au Col-du-Mont-Cenis...

    La boulangerie du village est bondée. Nous choisissons de faire nos courses plus loin. Joann repère un providentielle magasin de sport où il peut acheter un jeu de plaquette pour ses freins arrières...
    À la sortie de la station la route s'incline de nouveau pour gravir l'autre Col-de-la-Madeleine, bien moins costaud que son homonyme du premier jour, trois kilomètres et demi de long avec des passages avoisinant les 9%. Une fois cette difficulté passée c'est un nouveau faux-plat de qui nous amène rapidement à Bessans, royaume savoyard du ski de fond et du biathlon...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. N668l3
    L'autre Col-de-la-Madeleine...

    L'indispensable pause  boulangerie est mise à profit pour un peu de mécanique, tout en mangeant un morceau les freins de Joann sont remis à neuf !...
    L'arrêt est malgré tout assez court. À midi moins dix Bonneval-sur-Arc est rejoint. C'est le départ de la deuxième ascension du jour. Le plein des bidons est fait et nous filons à l'asseau du géant, le Col-du-l'Iseran, le plus haut col Alpin (2764m)...
    La montée est assez courte, treize kilomètres, elle se découpe en trois parties. La première, plutôt raide, pour s'extirper de la vallée de l'Arc, la deuxième, assez irrégulière, dans un joli petit vallon et la dernière, où l'altitude dépasse les 2400 mètres avec des pourcentages assez forts. Vu que Joann va bien je décide de faire la montée "à ma main" et sans arrêt...
    À une heure et quart le sommet est atteint. Comme souvant, une foule compact de badauds "selfistes" interdit l'accès au panneau sommital. Je fais une photo du lieu de manière à ce qu'il soit reconnaissable car, étonnamment, tous les commerces du col sont fermés. La photo servira au contrôle...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Xy8qwj
    La photo servira au contrôle...

    Je me couvre, me pose un peu à l'écart et attend mon collègue en mangeant une part de quiche...
    Joann arrive à deux heures moins quart...
    Au moment de partir je suis félicité par un cyclo britannique au sujet de ma randonneuse, il tient absolument à me prendre en photo ce qui amuse beaucoup mon camarade jurassien...
    Sans traîner nous plongeons dans la longue descente vers Val-d'Isère. Là, une terrasse de bistrot nous accueille pour une réhydratation devenue plus que nécessaire. Mon collègue en profite pour joindre Pierre. Il a bien roulé, il est à Sainte-Foy-Tarentaise en train de s'envoyer un plat de lasagnes ! Quand l'appétit va tout va !...
    Avant de repartir j'informe Joann sur la dangerosité des fameux tunnels que nous allons emprunter pour quitter la station. Ma tactique : À fond !...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Ulr7da
    Les tunnels...

    La descente jusqu'au Lac-du-Chevril se passe bien. Une pause photo est faite avec vue sur le lac et sur la Grande-Motte, emblème de la station de Tignes. Mon compère en profite pour manger un peu. Il a raison, la journée n'est pas fini, il nous reste un joli morceau pour ce soir, un autre "2000", le Col-du-Petit-Saint-Bernard...
    Après le barrage, la route descend maintenant franchement et malgré la circulation la descente est plaisante. Je sais qu'après le petit village de la Tuile il ne faut pas rater l'embranchement à droite, raccourci appréciable pour rejoindre Montvalezan puis la D-1090, route du col...
    Il fait chaud et cette petite route est irrégulière et parfois très raide. Nous restons ensemble jusqu'au croisement avec la route principale puis reprenons chacun notre rythme...
    La Rosière, sympathique petite station savoyarde, est rapidement traversée. Je fais une pause pour attendre mon cyclo-jurassien et pour passer un coup de téléphone à Pierre que nous n'avons toujours pas rejoint. Pas étonnant, notre collègue belge à choisit de faire l'impasse sur le Petit-Saint-Bernard, il descend  vers Bourg-Saint-Maurice... Bon...
    Le col est à sept kilomètres et il reste trois cent mètres de dénivelée, le calcul est vite fait et Joann, bien décidé à en terminer rapidement, prend la tête et imprime un rythme d'enfer que je peine à suivre... Soudain, à deux kilomètres du but, la "chaudière" de mon camarade explose et la vitesse tombe de quinze à huit kilomètres par heure ! Profitant lâchement de la situation j'arrive au sommet en solitaire avec quelques hectomètres d'avance...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Ijg3yn
    le Col-du-Petit-Saint-Bernard...

    La joie est de mise, c'est une belle étape réalisée aujourd'hui, Mont-Cenis, Iseran et Petit-Saint-Bernard, il faut arroser ça ! Malheureusement le bar du col ferme... Nous fonçons à l'Hospice-du-Petit-Saint-Bernard, il ferme aussi... J'espérais y passer la nuit mais les tarifs pratiqués sont un peu élevés pour deux cyclos de notre acabit ...
    Le cap est mis sur la Rosière...
    Là, après un essai infructueux à la terrasse d'un troquet nous passons à la terrasse voisine où un sympathique patron s'occupe de nous. Le repas se fera là en grignotant des frites et du poulet et en sirotant quelques bières...
    Joann, qui est bourré de ressources, a la capacité de rendre intelligent son "stupidophone" et nous dégotte une possibilité de couché dans un chalet deux places au camping de la station !...
    Il est huit-heures moins quart, nous réglons l'addition, sautons sur nos montures et dévalons les deux kilomètres pour rejoindre le camping en un temps record...
    Il reste un chalet de libre !...
    La nuit se fera dans un lit après une bonne douche...


    Quatrième journée. Jeudi 25 août 2022.

    Cinq heures, debout !..
    Le "bivouac" est vite plié ce matin. Je mange le pain aux raisins qu'il me restait. La lessive d'hier soir a séché, c'est agréable d'enfiler une tenue propre. Après une courte hésitation la tenue chaude est mise car aujourd'hui c'est par vingt kilomètres de descente que la journée débute...
    La route est belle et le ciel étoilé. La faible pente, jamais au dessus de 6%, rend la descente très plaisante...
    Au village de Séez, une boulangerie au bord du parcours permet de faire le plein de victuaille pour l'étape...
    À Bourg-Saint-Maurice, les jambières et le tee-shirt supplémentaire reprennent leurs places dans la sacoche et quelques viennoiseries sont rapidement avalées...
    À sept heures moins cinq le Cormet-de-Roselend est attaqué. Ce col est le dernier gros morceau de notre périple. Ce n'est pas le plus coriace, vingt kilomètres pour onze-cent mètres de dénivelée mais c'est sans doute un des plus beaux. Cette montée est un peu un condensé de de tout ce qu'on peut trouver dans une ascension alpine, traversée de village, faux-plat dans les bois, verrou glaciaire et série de lacets, longues lignes droites le long des torrents, etc...
    Au bout d'un kilomètre j'envoie foulard, veste et bonnet rejoindre le reste  de la tenue chaude dans ma sacoche. Joann monte à son allure quelques hectomètres plus haut...
    La première série d'épingle permet de quitter Bourg. Puis la route s'oriente plein ouest dans le Massif-du-Beaufortain, dans les bois, bordée de parois abruptes, la pente inférieur à 3% durant quelques kilomètres. Plus loin, elle rejoint le torrent est se ré-incline à nouveau pour atteindre un bon 10%...
    Je rejoins mon collègue au pied du premier verrou avant une longue série de courts lacets. Je le laisse à son train de sénateur et prends un peu d'avance...
    Une fois cette rampe terminée la pente s'efface sur un ou deux kilomètres. Un fort vent froid m'oblige à remettre foulard et bonnet. Je prolonge mon arrêt pour attendre mon compagnon mais au bout de quelques minutes il faut repartir  car le vent me transperce et me gèle...
    Un peu plus haut, vers le croisement qui mène au village des Chapieux, la route se cabre de nouveau. Après quelques centaines de mètres une vallée s'ouvre à la vue côté nord avec en fond la magnifique Aiguille-des-Glaciers. Encore une fois le nombre incroyable de camping-car au niveau du petit village en contre bas me stupéfaits...
    Vu que l'endroit est abrité du vent j'y attends Joann. Il est rapidement là. Une photo, une petite séance de grignotage et on repart...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Bl7b87
    Petite halte...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 9sj3mu
    Joann est rapidement là...

    Dans l'espoir de rejoindre Pierre qui doit-être devant, j'accélère un peu...
    La partie finale de la montée est ce qu'on pourrait appeler de la "montagne à vache", la pente n'y est pas très forte mais quelques fois le vent peut y jouer les troubles fête.
    Le sommet est atteint à neuf heures dix, Pierre n'est pas là et mon téléphone ne trouve toujours pas de réseau. Comme d'habitude je me couvre, fait une photo et mange un peu. Joann arrive peu de temps après moi, on ne traîne pas...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. 5t69i1
    le Cormet-de-Roselend...

    La route plonge maintenant vers le superbe lac de Roselend, une courte pause photo est faite...
    Au Col-du-Méraillet, qu'on passe sans le grimper, nous prenons à droite vers le barrage et le Col-du-Pré. Par ce versant ce col ne fais que deux kilomètres et demi mais avec des passages assez raides. La vue, avec au nord le Mont-Blanc, à l'est la Pierra-Menta et plein centre le lac est juste une des plus belle du massif...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. I2bum3
    Magnifique paysage...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Fwb5yl
    Joann et la Pierra-Menta...

    Nous prenons un café au sommet histoire de profiter encore un peu du paysage et aussi du tampon du patron pour valider le dernier contrôle de notre randonnée...
    Toujours pas de réseau...
    Un nouvel arrêt est fait un petit kilomètre plus bas au col géographique pour la photo. La route bascule maintenant pour une dizaine de kilomètres très pentus et très techniques vers la station d'Arêches. Il y a quelques frayeurs durant la descente, l'étroitesse de la chaussée et les gros SUVs montants peuvent parfois surprendre...

    La Randonnée des 2000 Savoyards. F7lflt
    le Col-du-Pré...

    À Arêches, site comptant pour le Brevet-des-Provinces-Française (BPF), Joann doit faire valider son passage, c'est chose faite dans un magasin de sport...
    On profite de l'arrêt pour joindre Pierre car nos téléphone retrouvent enfin du réseau. Notre collègue est a une vingtaine de kilomètres devant nous, rendez-vous est pris à Conflans, petite cité médiévale au dessus d'Albertville...
    Je profite aussi de l'arrêt pour aviser ma compagne de notre retour en début d'après-midi...
    La descente vers Beaufort est agréable et le paysage typique du Beaufortain est un ravissement pour les yeux...
    Une fois en bas, c'est la grosse et roulante D-925 qui nous accueille pour une grosse quinzaine de kilomètres de faux-plat descendant sans saveur...
    À Venthon un chemin de traverse nous mène à Conflans. Attablé à une terrasse Pierre est là, sirotant une bière... Il est midi...
    Les retrouvailles se font autour d'un verre. Avec mon compère jurassien nous profitons de l'occasion pour faire valider notre passage car la cité est aussi un BPF...
    Grace à son téléphone, Joann repère un train qui lui permet de rapidement regagner ses contrées. Il nous quitte à Albertville. Salut l'ami, à la prochaine !...
    Pierre et moi regagnons Montailleur par la V-62 et la D-201...
    À une heure et demi la boucle est bouclée. Un (autre) apéro, un bon repas préparée par ma compagne, une douche suivie d'une sieste plus que nécessaire finissent de nous remettre en forme...
    Nous passons une agréable soirée à nous remémorer notre (nos) périple...
    ...
    Cette Randonnée-des-2000-Savoyards vaut vraiment le coup ! Cinq cent bornes pour douze mille cinq cent mètres de dénivelée c'est "du lourd" mais avec un bon entraînement ça passe. Je pense que c'est jouable en soixante heures...
    avatar
    clamar
    coursier
    coursier


    Messages : 1400
    Points : 1419
    Date d'inscription : 06/06/2020
    Age : 65
    Localisation : Palaiseau (91) (Né à Haguenau, 67)

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  clamar Lun 5 Sep - 9:57

    emilpoe a écrit:
    Cette Randonnée-des-2000-Savoyards vaut vraiment le coup ! Cinq cent bornes pour douze mille cinq cent mètres de dénivelée c'est "du lourd" mais avec un bon entraînement ça passe. Je pense que c'est jouable en soixante heures...
    On n'a pas tout à fait la même conception du cyclotourisme innocent hahaha!
    Papy_Jim
    Papy_Jim
    coursier
    coursier


    Messages : 691
    Points : 809
    Date d'inscription : 08/10/2019
    Localisation : Aix en Provence

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  Papy_Jim Lun 5 Sep - 10:00

    clamar a écrit:
    emilpoe a écrit:
    Cette Randonnée-des-2000-Savoyards vaut vraiment le coup ! Cinq cent bornes pour douze mille cinq cent mètres de dénivelée c'est "du lourd" mais avec un bon entraînement ça passe. Je pense que c'est jouable en soixante heures...
    On n'a pas tout à fait la même conception du cyclotourisme innocent hahaha!

    Mais si c'est top jaime!
    Merci pour ce récit chapeau!
    frong
    frong
    Directeur Technique
    Directeur Technique


    Messages : 9644
    Points : 10599
    Date d'inscription : 08/11/2012
    Localisation : Suisse alémanique

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  frong Lun 5 Sep - 10:36

    chapeau! bravo! C'est comme si on y était aussi! Rien que la lecture m'a fatigué... Je mangerais bien un morceau de quiche maintenant...


    _________________
    La casquette Vélo Vintage à Gogo 2024 est en vente ici.

    Banni soit qui mal y pense.
    Denis91
    Denis91
    Rouleur
    Rouleur


    Messages : 3001
    Points : 3121
    Date d'inscription : 01/01/2021
    Age : 56
    Localisation : Maisse 91

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  Denis91 Lun 5 Sep - 10:47

    Merci pour la balade Cool
    Tu as mangé combien de quiches au final durant ce périple ? glousser
    padetraka
    padetraka
    Rouleur
    Rouleur


    Messages : 2762
    Points : 2952
    Date d'inscription : 29/11/2021
    Age : 64
    Localisation : Toulenne (33)

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  padetraka Lun 5 Sep - 10:52

    Merci pour ce récit très intéressant et bravo pour la performance.
    George Abitbol
    George Abitbol
    coursier
    coursier


    Messages : 2120
    Points : 2252
    Date d'inscription : 11/09/2020
    Age : 45
    Localisation : Aux pieds du Vercors tout près de Saint Marcellin.

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  George Abitbol Lun 5 Sep - 12:22

    Super et très tentant.
    emilpoe
    emilpoe
    coursier
    coursier


    Messages : 1180
    Points : 1284
    Date d'inscription : 17/06/2016
    Localisation : Savoie

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  emilpoe Mar 6 Sep - 6:23

    Salut,

    clamar a écrit:On n'a pas tout à fait la même conception du cyclotourisme
    Ne pas confondre "cyclotourisme" et "tourisme en vélo" Wink
    Pour info sur un BRM-600 le délai est de 40 heures et sur une Cyclomontagnarde le délai est basé sur une vitesse moyenne de 12 km/h, donc tu vois que je suis encore loin du compte avec mes 60 heures  Wink
    Denis91 a écrit:...Tu as mangé combien de quiches au final durant ce périple ? glousser
    Pas mal Smile
    Le cyclo-randonneur bouffe de la quiche et boit de la bière là où le cyclo-sportif suce du gel énergétique et boit du coca  hahahaha!
    Stef18
    Stef18
    Equipe Technique
    Equipe Technique


    Messages : 5325
    Points : 5532
    Date d'inscription : 24/11/2019

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  Stef18 Lun 12 Sep - 12:05

    Beau périple, ton récit donne envie de se frotter à la montagne
    Mais pas trop près quand même, avec humilité et déférence.
    Véloce34
    Véloce34
    coursier
    coursier


    Messages : 1170
    Points : 1334
    Date d'inscription : 27/04/2020
    Localisation : entre Montpellier et Ganges

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  Véloce34 Lun 12 Sep - 12:59

    Merci pour ce récit très détaillé ! suuper! chapeau!

    Effectivement, ça donne très envie.....
    et me rappelle ma traversée Hélvète pour aller en Autriche avec mes 20 kg de bagages sur mon GITANE de course (en Durifort), équipé pour l'occasion avec portes-bagages et sacoches de "fabrication maison".
    nficanas
    nficanas
    coursier
    coursier


    Messages : 1168
    Points : 1223
    Date d'inscription : 12/06/2019

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  nficanas Lun 12 Sep - 18:54

    Beau périple et agréable récit, je dirais comme toujours avec Emilpoe, passionnant. Et merci pour le partage.
    prosperjunior
    prosperjunior
    Rouleur
    Rouleur


    Messages : 3026
    Points : 3220
    Date d'inscription : 08/10/2020
    Age : 65
    Localisation : Etampes et Loiret

    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  prosperjunior Sam 22 Juil - 18:56

    Je découvre ce post suuper! . En fait en montagne tous les prétextes sont bons pour prendre de l'altitude tongue ...
    Voilà encore un truc à faire (peut-être plus tôt en saison pour bénéficier de jours plus longs).

    Merci encore de la provoc. super! ...

    salut!

    Contenu sponsorisé


    La Randonnée des 2000 Savoyards. Empty Re: La Randonnée des 2000 Savoyards.

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 21 Juil - 13:30